dimanche 20 mai 2007

Rétrospective Anniversaire : eBay a douze ans!

eBay, un géant né il y a douze ans

Le site Internet d’achat et de vente eBay a été fondé en septembre 1995 aux États-Unis par Pierre Omidyar, un informaticien né à Paris en 1967 dans une famille franco-iranienne. eBay était à l’origine surtout un site d’échanges pour collectionneurs. Petit à petit, c’est devenu une vaste place de marché virtuelle qui permet à des millions d’acheteurs et de vendeurs d’acheter et de vendre n’importe quel objet à travers le monde.

Pour se financer, eBay prélève une commission sur chaque transaction effectuée en échange des services offerts. C’est le vendeur qui paye cette commission ; l’acheteur, lui, n’a pas de frais à sa charge.

Coté en Bourse à New York, eBay a acheté en juillet 2002 pour 1,5 milliard de dollars PayPal, système de paiement sur Internet.

Le 12 septembre 2005, eBay a acquis Skype, principale société de téléphonie sur Internet pour 2,6 milliards de dollars.

Source : http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2303605&rubId=786


eBay, le vide-grenier du monde

Lucratif pour ses utilisateurs, le site du numéro un mondial des enchères en ligne, créé en 1995 par un Français, fait commerce de tout. Au point que la société californienne a dû récemment intervenir pour écarter les fraudeurs

Qu’est-il possible de vendre ? Et à quel prix ? Depuis le célèbre pointeur laser cassé, premier objet mis en vente en 1995, le site d’eBay a fait parler de lui en soumettant aux enchères sur Internet le ballon de David Beckham, l’écharpe du dalaï-lama, une voiture ayant appartenu au pape Benoît XVI, une bourgade californienne de 25 âmes, ou, plus récemment, un bulletin de vote dédicacé par Nicolas Sarkozy.

Début mai, le gouvernement brésilien ordonnait par ailleurs à eBay de retirer une annonce dans laquelle un homme mettait en vente son épouse, présentée comme une excellente femme au foyer, pour 100 reals (37 €).

Au-delà de ces mises aux enchères incongrues, l’essentiel des 222 millions de membres de la « communauté eBay » effectue des achats et ventes d’objets du quotidien, neufs ou de seconde main. Valérie, 39 ans, habille et chausse ses trois enfants. Philippe, 46 ans, traque les vins de grand cru.

Le profil type de l’« eBayeur » ?

Les vendeurs, eux, se débarrassent souvent d’objets achetés trop hâtivement ou n’ayant plus d’utilité, s’assurant au passage un complément de revenu. « C’est étonnant comme le système est prenant », confie un internaute : « Un vrai virus. Ma femme a réalisé plus de 350 ventes en moins de deux ans. Je fais attention de ne rien laisser traîner à la maison, sous peine de le retrouver en vente dans les deux heures ! »

Le profil type de l’« eBayeur » ? « Très proche de l’internaute moyen. De plus en plus grand public, féminisé (43 % de femmes) et senior », détaille Estelle Ohayon, porte-parole d’eBay France. « Beaucoup de vendeurs sont des femmes au foyer, des couples de retraités ou des chômeurs », précise Marie-Thérèse Chedeville, consultante en nouvelles technologies, qui a interrogé de nombreux fidèles du site pour son livre J’eBay, j’eBay pas (éditions Léo Scheer, 2006, 333 p., 14 €).

« Il s’agit souvent de personnes qui ont peu de moyens et beaucoup de temps. C’est le côté système D à la française. » eBay n’est pas l’apanage des villes ou des champs. « Partout en France, des objets sont achetés 1 € dans des vide-greniers, pour être revendus plus cher sur le site. » Autre conséquence : les brocantes et marchés aux puces, auxquels de moins en moins de particuliers apportent des objets, ont vu fondre leur chiffre d’affaires.

eBay est aussi considéré comme un moyen facile et peu coûteux de faire du commerce. D’après une étude d’AC Nielsen International Research de février 2006, plus de 15 000 Français et 170 000 Européens vivent entièrement ou en partie des revenus de leurs ventes sur eBay, la cagnotte annuelle variant entre 8 000 et 13 000 € selon les pays.

Au départ, une communauté de collectionneurs

De plus en plus de PME utilisent aussi ce serveur. D’après la même enquête, 70 % des chefs d’entreprise européens estiment que leurs transactions sur eBay ont accru leur activité en dehors de leurs frontières.

Crée en 1995 par le Français Pierre Omydiar, au départ dans un esprit de créer une communauté d’échanges pour les collectionneurs, le site de la société américaine a franchi, fin 2006, la barre des 222 millions d’inscrits (+ 23 % sur un an) pour un volume total de transactions estimé à plus de 13 milliards de dollars (9,5 milliards d’euros) et un chiffre d’affaires de 6 milliards (4,4 milliards d’euros) en 2006.

L’idée de génie est d’avoir créé un site, alimenté par le seul contenu des « eBayeurs ». Après avoir payé pour mettre son objet en ligne, le vendeur assure directement la transaction avec l’acheteur, modalités et prix de la livraison compris.

Les membres de la « communauté eBay » sont censés partager des valeurs fondamentales, telles que croire que « les gens sont foncièrement honnêtes », qu’un « environnement transparent » est possible et qu’il faut traiterles autres comme on voudrait être soi-même traité.

Multiplication des procès pour fraude

La réalité est quelque peu différente. Selon le Forum des droits sur l’Internet, 6 % des litiges liés à la Toile en 2005 concernaient les plates-formes de commerce entre particuliers. Le principe est que le vendeur expédie la marchandise une fois qu’il a reçu l’argent.

« Il y a toujours la hantise de ne pas voir arriver la marchandise dans les jours qui suivent l’achat », résume Eline, 32 ans, consommatrice de « sticks anti-cerne d’une marque qui n’est plus commercialisée en France ». Que faire si rien n’arrive ou si la transaction se révèle frauduleuse ? « Demander au vendeur le remboursement. Sinon, aller à la gendarmerie », suggère la consultante Marie-Thérèse Chedeville.

Selon elle, eBay a les moyens de faire la chasse aux mauvais joueurs, mais n’y a pas forcément intérêt. La France est l’un des pays les plus critiques à l’égard du site, accusé de favoriser le travail au noir organisé, en laissant à l’abri des particuliers qui font du commerce sans payer d’impôt, ou encore la circulation de contrefaçons. Voire de servir de moyen pour le blanchiment d’argent.

La multiplication des procès pour fraude, comme celui intenté par la marque de produits de luxe Tiffany aux États-Unis, a poussé eBay à réagir. En décembre dernier, le numéro un mondial des enchères en ligne a décidé d’imposer des restrictions aux vendeurs pour lutter en particulier contre la vente de produits contrefaits.

L’acheteur peut se faire rembourser jusqu’à 500 €

« Notre équipe de 1 000 personnes dédiées à la sécurité (incluant un pôle de lutte contrefaçon) effectue une vérification supplémentaire sur des objets considérés comme à risque (certains articles de grande marque). Ces vendeurs ont l’interdiction de participer à nos enchères de trois jours, lesquelles laissaient peu de temps de vérification à nos équipes », détaille Estelle Ohayon, d’eBay.

En utilisant PayPal, numéro un des modes de paiement sur Internet (racheté par eBay), l’acheteur peut se faire rembourser jusqu’à 500 € par eBay si la marchandise n’est pas conforme. En contrepartie, le site peut porter plainte, voire collaborer avec la police en cas de suspicion de fraudes organisées.

Ce système de remboursement, le français Priceminister – « 30 % plus petit qu’eBay mais avec l’ambition d’être plus gros », précise son président Pierre Kosciusko-Morizet – l’utilise aussi. Les prix des marchandises y sont fixes, mais négociables. Les articles sont mis en ligne gratuitement.

Autre différence avec eBay : l’acheteur et le vendeur ne sont pas en contact, l’argent étant bloqué sur un compte jusqu’à ce que l’acheteur reçoive la marchandise. Enchères ou pas, des milliards d’euros de marchandises transitent dorénavant à travers ces sites d’e-commerce entre particuliers.

Source : http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2303604&rubId=1096

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

2012 2xmoinscher 3 suisses 3suisses Abebooks Affiliation Affranchissement Alapage Alibaba Amazon Androïd Apple Astuces Auto-entrepreneur Barbapapa Bêtisier black friday blog bonnes adresses bouquiniste Buy.com Carrefour Carte Bancaire Cash on delivery Cdiscount Chiffres Clé Chine Chronopost Classement cloud Colissimo commissions Conseils console Contrefaçon craiglist deals design Digital Virgo eBay Ecommerce Edito Effiliation Europe évaluations Expédition expert exporter Facebook favor'i FBA feedback fevad Fiscalité Fnac Foresee frais fun gauthier picquart Gilt Google Groupon guide Hessel Hsn ibazar Inde Ipad Iphone itinsell itrack Janod jechange jeu jeux de société jeux vidéo journaldunet Katsuni KDP Keynote kima Kindle Kobo La Poste LaRedoute ldlc Le bonhomme de bois le chouchou Leboncoin lechouchou Leclerc libraire Livre Livres Rares Locita Logistique Lu sur le Net marge Marketplaces medpi megaupload mobile MP3 Multicanal Neuilly'Lab Newegg nintendo Noël Nouvelles places de marché Opodo Orelsan outils Paiement alternatif Paruvendu Paypal Petit Coeur Petites Annonces Pixmania Play.com port gratuit Prestashop Priceminister Ps Vita PS3 Quorus Rakuten Relais Colis Revlon Rueducommerce salon Salon des entrepreneurs Salon du Livre sarenza Sellermania Shopping social Skype Smartphone sncf soldes Solutions Sondage sonuts Sony Super Boutiques SuperBoutiques sur mesure Taobao Témoignage vendeur tickengo Tnt Tradoria.de Trafic Trusted Shops TVA Twitter Vendre à l'international Vente-privée Vistaprint Wal-Mart web conférence Wii XBOX 360 Yves Rocher Zappos